L'arrosage automatique

L'arrosage automatique permet de se débarrasser de la corvée d’irrigation manuelle de la pelouse, des parterres de fleurs ou du potager. Un gain de temps très appréciable qui permet de profiter des joies du jardin sans les contraintes.
Il permet une meilleure gestion de l'eau. Les plantations et la pelouse bénéficient d’une bonne répartition du flux. Les jets des différents arroseurs couvrent l’ensemble de la surface végétale, d’une juste quantité d’eau. La végétation est luxuriante, sans effort et en préservant au mieux les ressources naturelles.
Ce système d’arrosage est piloté par un programmateur qui déclenche l’irrigation selon la planification décidée par le jardinier. Il peut définir le jour, la durée et la fréquence de l’arrosage. Associé à un pluviomètre, la gestion de l’eau est optimale. 

L’arrosage automatique peut être enterré ou de surface

La mise en place d’un arrosage enterré automatique est plus complexe et définitive. Quasi invisible, il n’y a pas de tuyau qui coure sur le terrain puisqu’ils sont enterrés. Des arroseurs ou des turbines déversent des jets d’eau fixes ou rotatifs d’une longueur de 2 à 15 mètres.
L’arrosage de surface automatique permet l’irrigation des massifs de fleurs, des haies ou le potager grâce à des goutteurs à débit variable qui s’adaptent à chaque plante. D’une saison sur l’autre il peut être modifiable.
La pression de l’eau est exprimée en bar. Cette notion est fondamentale pour le bon fonctionnement de l’arrosage. Si l’arrosage enterré a besoin d’une pression d’au moins 3,5 bars, l’arrosage goutte à goutte, a lui besoin d’un réducteur de pression pour fonctionner sans abîmer le réseau.
 

Pourquoi installer un arrosage automatique ?

Le jardinage demande de la patience, mais si l’arroge est essentiel pour la survie des plantes, il peut vite devenir fastidieux, traîner le tuyau d’un point à un autre, le décoincer, contourner les obstacles, remplir 10, 15… arrosoirs, faire des allers et retours, piétiner, attendre… C’est sûrement la partie la plus répétitive et la plus rébarbative du jardinage. 
Mais lorsque l’on prend le temps de planter des fleurs, nettoyer les parterres, semer des graines et des plants dans le potager, tondre, scarifier, désherbé la pelouse, que l’on a dépensé un budget conséquent pour embellir la propriété, ce n’est pas pour voir tout ce travail, cet argent réduit à néant, parce que le jardinier est absent, ou que l’arrosage devenu pénible est mal fait ! 

Un arrosage précis 


Les séances d’arrosage, deviennent laborieuses et contraignantes, des zones sont trop arrosées entraînant le développement de maladies, de champignons qui vont affaiblir la plante voir la faire mourir ; ou pas assez arrosées, et là, les plantes s’assèchent, et meurent ! L’arrosage automatique dispense un arrosage régulier et maitrisé qui permet à la plante de se développer de manière harmonieuse. 

Un arrosage programmé


L’arrosage automatique est généralement relié à un programmateur. Il est donc possible de planifier une durée et une fréquence d’arrosage différente pour chaque réseau en fonction des besoins spécifiques des plantes qui sont sur la ligne d’arrosage. Plus besoin de déclencher manuellement l’irrigation, de se poser la question quand et en quelle quantité arroser, ou de trouver une bonne âme pour venir arroser lorsque les vacances approchent !
La distribution d’eau est interrompue lorsqu’il pleut si un pluviomètre est associé au système d’arrosage. Ainsi, pas de gaspillage, d’arrosage inutile, de terrain détrempé ! 

Une quantité d’eau maîtrisée


L’arrosage automatique délivre la bonne quantité d’eau et permet un meilleur contrôle de l’arrosage. Le système automatique goutte à goutte, par exemple, est précis et distribue la juste quantité d’eau au pied de la plante, limitant ainsi les déperditions d’eau par évaporation. Cela a pour conséquence de faire baisser la consommation d’eau sur le poste "arrosage" et de diminuer la facture énergétique. La maitrise de l’arrosage automatique permet d’agir et de préserver cette ressource naturelle. C’est bon pour l’environnement, l’écologie et le porte-monnaie !

L’arrosage automatique fait gagner du temps !


L’arrosage automatique représente aussi, un gain de temps considérable pour le jardinier. Les absences ne sont plus un problème, il gère en toute autonomie l’arrosage du jardin, pas besoin de trouver une personne disponible pendant les congés pour accomplir cette tâche. Les espaces verts sont luxuriants durant tout l’été, même au retour de vacances !

Un jardin vert, bien fleuri et entretenu… tout en limitant l’impact de l’arrosage sur l’environnement, c’est sans nul doute, la plus grande fierté du propriétaire/jardinier. 
 

Différences entre arrosage enterré et goutte à goutte

Les différentes techniques d’arrosage

Le jardin est un espace que l’on souhaite vert, luxuriant et accueillant. Quant au potager, le jardinier est fier de pouvoir nourrir sa famille avec des légumes et des fruits de qualité. Pour tenir leurs promesses, ils demandent à être arrosé en conséquence. L’irrigation "goutte à goutte" ou enterrée permet de subvenir aux besoins des végétaux tout en libérant le jardinier des contraintes d’un arrosage manuel, et cela sans effort, même s’il est absent. Comment choisir le bon système ? Lequel est adapté à la pelouse ou au potager ? Quel est le moins onéreux, le plus rapide à installer…?
 
Deux systèmes d’arrosage, qui s’adaptent au jardinArroseur arrosage enterré

L’arrosage  goutte-à-goutte est aussi appelé "arrosage micro-irrigation". C’est un arrosage le plus souvent de surface, donc visible et peu esthétique. Mais il peut être camouflé par des écorces de pin sur les massifs de fleurs ou par un paillage dans le potager. Certains tuyaux  goutte-à-goutte peuvent être enterrés.

L’arrosage enterré est aussi appelé "arrosage intégré". C’est une technique visuellement très discrète puisqu'elle est dissimulée dans le sol de manière permanente.

Les points communs aux deux systèmes d’arrosage

Il est indispensable de connaitre le débit et la pression au départ du réseau, c’est-à-dire, à la sortie du robinet, de la pompe à eau, ou de la cuve à pression, afin de déterminer la capacité du ou des circuits d’irrigation.
L’arrosage devient automatique dès lors qu’un programmateur permet de planifier les plages horaires d'arrosage.
Il est plus intéressant, bien sûr, que l’eau provienne d’un puits, d’une réserve d’eau pluviale, d’une citerne ou encore d’un étang ou d’une rivière plutôt que d’utiliser l’eau de ville. Une pompe est alors indispensable pour faire circuler l’eau dans le réseau d’irrigation.
L’arrosage, dans les deux cas, est maitrisé et permet de réaliser des économies financières et de préserver les ressources naturelles.
 

Quel type d’arrosage pour quel jardin ?Goutteur arrosage goutte à goutte

Le  goutte-à-goutte est surtout utilisé dans le potager, pour les massifs de fleurs, les haies, les rocailles, les serres, les jardinières ainsi que les plantes en pot.

L’arrosage enterré est idéal pour des grandes surfaces entre 50 m² à 200 m², comme les pelouses ou les plates-bandes. Cette irrigation, grâce à des arroseurs, couvre des secteurs de formes différentes, rectangulaires, 360°, 270°, 180°, 90° pour s’adapter à la configuration des jardins.

La distribution de l’eau aux plantes

Le  goutte-à-goutte est une irrigation précise qui distribue au pied de chaque plante une quantité d’eau via des tuyaux poreux, drip, ou des tuyaux rigides avec différents goutteurs. L'évaporation de l'eau est quasi inexistante, le développement de mauvaises herbes est largement réduit.
L’arrosage enterré, distribue l’eau sur une large surface via des jets fixes ou rotatifs dont la portée varie entre 2 et 15 mètres.

L’installation d’un système goutte-à-goutte versus arrosage enterré

Le réseau  goutte-à-goutte s’installe rapidement et facilement, sans outils ou éventuellement un poinçon qui facilite la percée des tuyaux rigides. Un plan succinct et évolutif peut être utile au jardinier pour maitriser la distribution de l’eau. D’une année sur l’autre le matériel peut resservir en utilisant des bouchons pour obstruer les trous des arroseurs de l’année précédente. 

Plan arrosage goutte à goutte

Pour l’arrosage enterré, il est nécessaire de dessiner un plan détaillé, à l’échelle du terrain à irriguer. L’implantation de la maison, des dépendances, des arbres, du puits, de la piscine, terrasse… permet de faire une étude technique fiable afin de bien placer les différents arroseurs et d’assurer le bon fonctionnement des circuits d’irrigation.

Plan arrosage enterré


 
Une fois en place, c’est un arrosage durable qui ne peut pas être modifié.
Les travaux longs et importants sont à prévoir : des tranchées sont creusées pour faire passer le ou les circuits d'alimentation, y compris le réseau basse pression si nécessaire, puis il faut placer et monter les arroseurs et veiller à l’étanchéité de l’ensemble… 
Le résultat est à la hauteur de l’investissement temps et financier.

Le branchement d’un goutte-à-goutte et d’un arrosage intégré

Le  goutte-à-goutte peut se brancher directement à un récupérateur d’eau si ce dernier est élevé par rapport à la surface à arroser. 
Il faut un régulateur de pression si le réseau est raccordé sur le circuit de la ville, ou s’il est relié, via une pompe, à un puits ou à une cuve d’eau pluviale.

L’arrosage enterré peut être branché sur le réseau de la ville ou via une pompe à un réservoir d’eau, un puits… 

L’hivernage d’un arrosage goutte-à goutte vs d’un arrosage enterré

Si le réseau  goutte-à-goutte doit être démonté et stocké dans un endroit sec et hors-gel pendant la période froide, l’arrosage intégré reste en place mais les canalisations, les arroseurs doivent être purgés et certains éléments protégés du gel.
 

Quel arrosage pour le potager ?

Comment arroser son jardin potager de manière efficace


Quel plaisir de pouvoir déguster les légumes frais et goûteux du jardin ! Mais pour bien en profiter, cela passe inévitablement par l’arrosage des plants. Avec quelle eau et comment arroser son potager ?

L’arrosage manuel du potager

Il y a plusieurs solutions pour arroser le potager. L’arrosage manuel est une technique simple, rapide à mettre en œuvre qui demande la présence du jardinier et qui est plutôt gourmande en eau. Il s’effectue avec un arrosoir ou un tuyau.Tuyau d'arrosage avec pistolet

L’arrosoir est plus adapté à de petites surfaces. Pour les végétaux déjà développés, il vaut mieux ne pas utiliser la pomme qui mouille les feuilles et le soleil provoque des brûlures sur les plantes. La pomme peut être utilisée pour les semis, car la diffusion est délicate et sous forme de pluie.
Cependant, cet arrosage est limité par la faible capacité de l’arrosoir et demande beaucoup d’allers et retours. Son poids peut être pénible si le robinet est éloigné de la zone à arroser.

Le tuyau d’arrosage équipé d’une lance multifonctions est une autre solution. 
C’est un arrosage précis, le tuyau est léger et facile à manipuler, rapide à mettre en place. Il est inutile de se baisser. Un bidon d’engrais peut être inséré juste avant la lance d’arrosage. Le tuyau d’arrosage est plus particulièrement utilisé pour des légumes déjà bien implantés et qui ont besoin de beaucoup d’eau comme les tomates, les courgettes, les aubergines… L’eau répandue entre les rangs est gaspillée et permet aux mauvaises herbes de pousser. Si le tuyau n’est pas anti- vrille, il va se tordre, faire des nœuds, il peut aussi se coincer dans des obstacles obligeant le jardiner à interrompre l’arrosage pour remédier au problème. 

Ces deux méthodes ont tendance à favoriser le développement des maladies.

L’arrosage automatique pour le potagerSystème d'arrosage goutte à goutte

Pour le potager, l’arrosage automatique goutte-à -goutte est le système le plus évolué. Non seulement il libère le jardinier de la contrainte de l’arrosage, lui fait gagner du temps, mais en plus, il donne à chaque plante la quantité exacte d’eau définie.
L’installation nécessite du matériel simple et facile à installer. Il peut être réutilisé et modifié à souhait grâce à des bouchons qui obstruent les trous des micros goutteurs et à la facilité de changer les raccords. Il arrose uniquement la zone ou le pied de la plante, sans gaspillage ni faire des flaques d’eau qui nourrissent les mauvaises herbes. Avec un programmateur, l’arrosage se déclenche automatiquement selon les instructions qui lui ont été indiquées. Associé à un pluviomètre, le programmateur bloque l’arrosage lorsque la pluie est tombée en quantité suffisante. 

Récupération de l’eau pour arroser le potager

L’eau utilisée pour l’arrosage du jardin peut venir du réseau de la ville. C’est coûteux et peu écologique. De plus, l’eau est plus ou moins traitée et est plus ou moins chlorée, ce que les plantes n’aiment pas vraiment !
Dans la mesure du possible, l’eau de pluie peut être récupérée en installant des citernes plus ou moins volumineuses, enterrées ou pas. Ces bacs sont reliés à une gouttière et stockent la pluie. L’eau, dans ce cas est entièrement gratuite ! Il peut être nécessaire d’utiliser une pompe de relevage si la citerne est située à un niveau plus bas que le potager.

Il est aussi envisageable d’utiliser l’eau des nappes phréatique en puissant l’eau dans le puits, ou si une rivière ou un étang passe sur la propriété, il est possible d’utiliser cette eau. Il faut alors une pompe de surface ou immergée et installer des canalisations pour acheminer l’eau vers le potager.

Ces aménagements demandent bien sûre un investissement plus ou moins conséquent, mais ces deux solutions permettent de réaliser des économies sur la facture d’eau.

Quelle pression pour arrosage automatique ?

La pression idéale pour un arrosage automatique

La pression de l'eau, exprimée en Bar, à la sortie du robinet provient de la différence d'altitude entre le château d'eau et l’habitation. La pression est la force que l'eau exerce sur la tuyauterie.

La pression de l’eau dans les canalisations est l’un des éléments clé qui conditionne une irrigation optimum et permet le bon fonctionnement de l’arrosage automatique. La pression doit être au minimum de 2,5 bars, mais elle ne doit pas dépasser 4,5 barsArrosage automatique

Comment déterminer la pression de l’alimentation en eau du réseau ?  

L’alimentation en eau pour l’arrosage automatique peut provenir soit du réseau de la ville, soit d’un puits ou d’un réservoir… une pompe est alors indispensable. 

Si, c’est le réseau d’eau de la ville qui alimente l’arrosage automatique, pour connaître la pression il faut demander à la société des eaux ou rechercher cette information par ses propres moyens.
La manière la plus simple pour connaitre la pression de l’eau à la sortie du robinet est d’utiliser un manomètre. Même si le résultat n’est pas forcement le plus juste, c’est le plus simple et le plus économique, à mettre en place, il donne une réponse assez fiable.
Sinon, il faut faire appel à un plombier, moyennant finance ou utiliser la formule mathématique, des plus complexes, l'équation du théorème de Bernoulli ! 

Accessoire calcul pression de l'eau

Si  c’est une pompe d’arrosage qui alimente l’arrosage intégré, c’est simple. Cette donnée est indiquée soit sur la notice du fabricant, sur le carton d’emballage ou, le plus souvent, sur une plaque apposée sur la pompe. Cette caractéristique est différente selon le modèle. 

Pourquoi chercher à connaître la pression utile pour son arrosage automatique ?

Avec le débit, connaître la pression de l’eau, c’est un élément indispensable pour élaborer le plan d’arrosage.  

La pression doit être en adéquation avec la pression supportée par les arroseurs et conditionne la portée des jets. Pour exemple, si la pression est de 1,7 bar,  la portée de la turbine est de 4,6 mètres, mais si la pression est de 3,8 bar, pour la même turbine, la portée est alors de 5,5 mètres… 

Cette pression minimum permet de transporter l’eau jusqu’au bout des lignes d’arrosage, de manière équilibrée, sans perte de pression.
Un manque de pression, et les arroseurs en bout de réseau se soulèvent peu et de moins en moins au fur et à mesure que la canalisation s’éloigne du point de départ, voir elle ne se soulève pas du tout, une partie du terrain est donc mal ou pas arrosée. 
Moins la pression est forte, moins il y a d’arroseurs sur une même ligne d’arrosage,  et plus les réseaux sont multipliés.

Si la pression est trop forte, il faut prévoir un réducteur de pression à installer en début de réseau ou choisir des arroseurs haute pression pour l’arrosage intégré. 

Le régulateur de pression ou la centrale d’irrigation est obligatoire pour les réseaux dédiés au goutte-à-goutte. Il se pose au début de la ligne d’arrosage.

S’il n’est pas mis en place, il y a de forte chance que la puissance de l’eau dans les canalisations déloge les goutteurs du tuyau !
Goutteur arrosage goutte à goutte

Haut
de
page